Pas simple comme challenge, mais terriblement excitant. 
A la suite de mes nombreuses collaborations à l’étranger, j’ai rencontré Pascal Gautrand, fondateur de Maison d’Exception, mais aussi parrain de la résidence Design for Peace au Burkina Faso à laquelle j’avais participée. Ce dernier m’a un jour parlé d’Ereena, entreprise textile indienne spécialisée dans la soie Eri. Ereena cherchait un designer pour développer une collection de textiles nouveaux, hors normes, excitants, empreints des techniques traditionnelles du tissage Indien. J’ai foncé. 

Quelques semaines plus tard, me voilà partie à Hyderabad, ville frontière entre le Nord et le Sud de l’Inde. J’allais y passer 3 semaines pour travailler main dans la main avec les artisans d’Ereena et la fondatrice Jyoti Reddy. 

Par où commencer donc?

J’ai consacré ma première semaine à la découverte des techniques de tissages indiennes. J’ai fouillé dans toutes les archives d’Ereena, j’ai passé du temps avec les artisans, à les regarder travailler, les écouter. J’ai pris le pouls de cet environnement nouveau qui s’offrait à moi, je me suis laissée glisser dans ce nouveau monde.

Place au dessin. Une fois bien nourrie, je n’avais plus qu’à me laisser aller sur le papier. J’ai pensé à des couleurs, j’ai dessiné de nombreux motifs et formes. Je trouvais que les techniques que j’avais découvertes étaient souvent surprenantes de minutie mais au rendu souvent timide. Il fallait souvent utiliser une loupe pour admirer la technique. Je me suis dit qu’il fallait rendre tout ça plus fort, plus direct.

Première étape: ZOOMER. Agrandir la taille des motifs, la taille des fils. Quite à ce que parfois cela devienne démesuré.

Deuxième étape: limiter les couleurs. Trop de couleurs différentes perdent souvent la lecture de la technique. Donc, du noir, du blanc, et deux couleurs max. 

Troisième étape: réveler. Lorsque j’ai découvert les échantillons d’ikat, j’étais souvent plus séduite par les fils AVANT le tissage. Car après le tissage et le passage du fil de chaîne,  les couleurs se ternissent et les motifs se figent. Alors pourquoi ne pas expérimenter du tissage qui combine des parties tissées et non tissées?

La dernière partie de mon séjour fut consacrée aux expérimentations avec les artisans, directement sur le métier à tisser. Des tests, des surprises, des succès, des ratages, du dialogue, de l’échange. Je vous souhaite bonne visite dans nos ateliers d’expérimentation !